Réglementation thermique 2012 (RT 2012) : des surcoûts qui seraient compensés

Tandis qu’elle est décriée par de nombreux professionnels de la construction, les surcoûts engendrés par la RT 2012, qui seront compensés sur le long terme par les économies d’énergie selon le CGDD (Commissariat Général au Développement Durable), seraient également modérés en comparaison de la RT 2005.

Depuis le 1er janvier 2013, les constructeurs de logements neufs doivent respecter les normes de la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) qui impose avec elle le niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation), soit le niveau de consommation en énergie primaire qui se voit plafonné à 50 kilowattheures (kWhep) par m² et par an en moyenne pour les logements individuels. Les logements collectifs bénéficient quant à eux d’une dérogation leur autorisant une consommation maximale de 57,5kWh/m²/an jusqu’au 31 décembre 2017. Ce qui correspond à une division par trois ou quatre de la consommation maximale prévue par la RT 2005, selon le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD). Le CGDD estime ainsi que la RT 2012 constitue une étape importante vers la réduction de la consommation énergétique du résidentiel neuf par rapport à la RT 2005.

Si les surcoûts de construction de ces logements moins énergivores sont soulignés, le CGDD met en avant le fait que ce surinvestissement est amorti par les économies réalisées sur la facture énergétique. Par conséquent, la différence de coût entre une construction respectant la RT 2005 et une construction respectant le label BBC est estimé à environ 14% pour les logements individuels et à 9% dans les logements collectifs. De plus, l’étude met en avant les économies faites en optant pour le chauffage électrique et précise que : « En comparaison avec le gaz, l’électricité conduit à des coûts de construction respectivement 6% et 4% moins élevés dans l’individuel et le collectif. » Ainsi, ces surcoûts apparaissent « modérés dans la mesure où ils seront compensés par les économies d’énergie réalisés à long terme par les ménages occupants », argue le CGDD. En somme, le passage de la RT 2005 au label BBC devrait permettre de réaliser entre 390 et 650 euros d’économies par an, variables selon le type de logement et d’énergie utilisée. De quoi laisser augurer une possible compensation pour les constructions de logements respectant la norme BBC.