Rénovation énergétique des logements : des investissements insuffisants pour une rénovation performante

D’après une étude de l’IFOP réalisée pour l’association Coénove, la majeure partie des travaux de rénovation énergétique entrepris par les propriétaires de logements seraient peu efficaces en raison des faibles investissements qui y sont consacrés. Toutefois, l’étude pointe du doigt quelles sont les fourchettes de montants à allouer à ces travaux de rénovation énergétique si l’on vise un niveau de rénovation moyen, performant ou très performant.

Ainsi, selon cette même étude, 40% des travaux de rénovation énergétique entrepris dans les logements français sont égaux ou inférieurs au montant de 5 000€. Ce tandis que l’OPEN (Observatoire  Permanent de l’amélioration Energétique du logement) affirme que le montant d’une rénovation moyenne avoisinerait les 10 000€ et qu’une rénovation performante ou très performante nécessiterait des investissements autour de 25 000€. Selon Bernard Aulagne, président de Coénove, « Si le nombre de travaux d’amélioration énergétique n’est pas négligeable, on peut s’interroger sur leur impact réel en matière de consommation des logements ». Pour expliquer le manque d’attrait pour les travaux de rénovation dans les logements français, l’étude avance la « satisfaction globale des propriétaires » concernant leurs conditions de chauffage et leurs dépenses d’énergie. Car les propriétaires qui n’envisagent pas de réaliser des travaux le font pour 50% en raison de leur satisfaction concernant leurs conditions de chauffage et 43% d’entre eux parce qu’ils sont satisfaits de leur facture d’énergie. De plus, un tiers d’entre eux (35%) affirme que le coût de tels travaux est un frein à leur projet de rénovation. A l’inverse, lorsqu’on s’attache à explorer les raisons pour lesquelles des propriétaires ont réalisé ces travaux, on peut observer que 75% d’entre eux l’ont fait en vue de faire des économies d’énergie ; 64% pour améliorer leur confort ; 23% pour améliorer la valeur du logement ; 17% pour bénéficier des aides de l’Etat et 14%  pour des motifs écologiques, afin de limiter leur impact sur l’environnement.

Que l’on évoque les travaux de rénovation énergétique engagés ou prévus, le budget est assez similaire. On constate ainsi que 70% de ces budgets sont inférieurs à 10 000€ et que 40% d’entre eux sont inférieurs à 5 000€, ne permettant pas de viser une grande performance énergétique. En ce qui concerne ces différents travaux en eux-mêmes, qu’ils soient réalisés ou prévus, 51% des propriétaires envisagent de remplacer leurs fenêtres et 46% envisagent de mieux isoler leur logement en isolant leurs combles et leurs murs ou encore en remplaçant leur système de chauffage. Pour les propriétaires qui voudraient remplacer leur système de chauffage, 35% se porteraient sur une chaudière à condensation, 25% sur une pompe à chaleur et 20% sur un poêle à bois. Enfin, il est à noter que l’étude révèle que pour l’heure 30% des propriétaires n’ont pas réalisé et n’envisagent pas de réaliser de travaux d’amélioration énergétique.