Rénovation énergétique : Emmanuelle Cosse veut accélérer la mise en place des plateformes territoriales

En vue d’accélérer la rénovation énergétique des logements, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse a annoncé le 8 Juin que dans « les prochaines semaines », elle engagerait une démarche sur la mise en place des plateformes de la rénovation énergétique avec les collectivités locales et les professionnels de la construction.

Ainsi, le lancement de ces plateformes de la rénovation énergétique était déjà prévu par la loi de transition énergétique d’Août 2015. Ces dernières viendront renforcer les espaces d’informations et de conseils des particuliers dans leur projet de rénovation énergétique de leur logement (choix de professionnels qualifiés, comparaison des devis etc.). Ces plateformes permettront d’offrir aux ménages un accompagnement technique et financier concernant leurs projets de travaux. Selon Emmanuelle Cosse, «  Faute d’un accompagnement global par des professionnels, les ménages ont du mal à se projeter et à phaser les travaux nécessaires dans leurs habitations ». Elle a également déclarée que ces plateformes « visent à grouper particuliers demandeurs de travaux et prestataires afin de réduire les coûts et d’augmenter la qualité des travaux réalisés ». La ministre vise à créer à terme près de 400 plateformes de ce type en France.

La ministre du Logement envisage également de soutenir le développement de sociétés de tiers-financement afin « d’accompagner les copropriétés fragiles » pour le financement de leurs travaux de rénovation énergétique. Dans ces sociétés, l’actionnariat sera majoritairement formé par les collectivités territoriales ou rattaché à une collectivité territoriale de tutelle, selon la loi de transition énergétique. Le rôle de ces sociétés sera d’avancer les coûts des travaux de rénovation énergétique des logements aux particuliers et de se rémunérer sur les économies réalisées. Par ailleurs, Emmanuelle Cosse prévoit de lancer avec les régions, une mission de déploiement dans les territoires « d’un véritable service public de l’efficacité énergétique ».23